Énergie

Au niveau mondial, les émissions de gaz à effet de serre proviennent à 86 % de la combustion d'énergies fossiles. L'énergie est donc fortement liée au climat. C'est également une préoccupation majeure en région en raison de son coût et donc de son influence sur la vie économique.

infographie energie /

Énergie

En Hauts-de-France, plus de 76 % des émissions directes de Gaz à Effet de Serre (GES) du territoire sont liés à la consommation d’énergie, qui concerne tous les secteurs de notre société. Parler climat, c’est donc parler énergie.

 

En France et en région, malgré les objectifs de réduction, cette consommation d’énergie a augmenté de 8 % depuis 1990.

 

Source : Observatoire Climat Hauts-de-France

Objectifs de Développement Durable associés

La facture énergétique totale en région en 2017 est de 16 milliards d’euros. Dans le monde, le prix des énergies est en hausse continue.

 

En terme de production d’énergie, la région des Hauts-de-France est la 6ème productrice d’énergie nationale. Il s’agit essentiellement d’énergie à base de combustibles fossiles (centrales thermiques) et fissiles (nucléaire).

 

Les énergies renouvelables connaissent également un important développement.

Les énergies renouvelables en région :

 

Les énergies renouvelables produites en région représentent 10 % de la consommation régionale d’énergie en 2017 ; contre 16 % au national en 2018.

Les énergies renouvelables désignent : bois-énergie, éolien, biomasse, pompes à chaleur, agrocarburant, biogaz, réseaux de chaleur alimentés par des énergies de récupération, géothermie, photovoltaïque, solaire thermique, hydroélectricité.

 

Visionnez la vidéo du Cerdd sur la géothermie à Valenciennes et saint-amand-les-eaux

 

Les réseaux de chaleur peuvent être alimentés par :

 

  • chaleur fatale : énergie récupérée à la sortie d’un incinérateur ou d’une usine, auprès des eaux usées…
  • énergies renouvelables : solaire thermique, géothermie, biomasse, bois-énergie, biogaz
  • combustibles traditionnels : gaz naturel, charbon, fioul

 

Visionnez la vidéo du Cerdd sur les réseaux de chaleurs à boulogne-sur-mer

En savoir plus

En raccordant 85 000 logements à des réseaux de chaleur utilisant des énergies renouvelables, on pourrait réduire les émission de GES régionales de 600 000 tonnes équivalent CO/ an.

source

DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS TERTIAIRES

Les activités tertiaires (commerce, enseignement, bureaux…) se développent en région. Leur consommation d’énergie pèse 11 % de la consommation régionale (année : 2017).

 

La consommation d’électricité du secteur tertiaire a augmenté de 78 % entre 1990 et 2011 au niveau national. Selon le Tour d’Horizon Climat-Energie de l’Observatoire Climat Hauts-de-France la consommation du secteur tertiaire a augmenté de +40 % entre 1990 et 2017.

 

 

TRANSPORT DE MARCHANDISES

Pas d’activité marchande sans transport de matière première et de marchandise !

L’éloignement des lieux où se déroulent les différentes étapes du processus industriel s’accompagne d’un accroissement du transport notamment routier et des émissions de GES associées.

 

 

Vulnérabilité QUI AFFECTERONT L’INDUSTRIE
ET LE SECTEUR TERTIAIRE

  • difficultés pour refroidir les systèmes (notamment les centrales)
  • fragilisation des réseaux de transports d’énergie
  • fragilisation des réseaux de transport (déformation des rails en cas de forte chaleur, gênes liées aux précipitations en hiver…)
  • hausse du prix des énergies
sources

En 2050

Les solutions pour l’énergie

1/ La mixité des fonctions dans la ville a progressé.

Les lieux de productions sont connectés avec les lieux de vie, de nombreux espaces multi-services ont vu le jour : espaces de coworking, de restauration, crèches, services publics…

 

2/ Les transports de marchandises mais aussi les déplacements des salariés sont optimisés.

 

3/ Les distributions et les consommations d’énergie sont optimisées par des réseaux intelligents (smart grids) et des gestions à distance.

 

4/ L’efficacité énergétique a progressé et permet de fortes économies d’énergies.

Dans l’industrie, les processus de production sont plus efficaces, à consommation égale on fait plus de choses.

 

5/ Les énergies renouvelables se sont généralisées.

Elles sont intégrées dans l’aménagement de chaque territoire.
Les lieux de production d’énergie sont proches des lieux de consommation. Les réseaux de chaleur desservent les bâtiments et sont alimentés par des énergies renouvelables, du biogaz et des énergies fatales.

 

6/ Les énergies fatales sont en majorité récupérées.

La chaleur dégagée par les industries chauffe certains bâtiments ou quartiers situés en proximité (écologie industrielle). La chaleur des égouts est aussi utilisée pour des besoins de chauffage.

 

7/ Des unités de méthanisation permettent de valoriser les déchets organiques des villes et des campagnes pour produire de l’énergie.

 

8/ Le stockage d’énergie s’est développé et permet de valoriser les énergies produites de façon intermittente (éolien, solaire…).

Nous pouvons tou.te.s agir !

citoyen.ne.s :

« Je m’engage dans le dispositif Famille à énergie positive »

perso-citoyen

élu.e.s :

« Nous créons un Espace Info Energie dans notre commune »

perso-elu

dirigeant.e.s :

« Je produits des énergies renouvelables en complément de mon activité »

perso-entreprise