Industrie

Quels sont aujourd'hui les impacts du secteur industriel et des lieux de travail et de production sur notre climat ? Comment connecter davantage ces activités au développement du territoire ?

En France

En 2012, le secteur de l’industrie (industries manufacturières et industries de l’énergie) représente 29 % des émissions de gaz à effet de serre.

source

infographie industrie /

En Hauts-de-France

L’industrie est le 1er secteur émetteur de gaz à effet de serre.

Il représente 47 % des émissions régionales en 2014, malgré une baisse continue depuis 1990, mais légère (-0,3 % par an).

sources

« Des hangars se succédaient, de longs bâtiments d’usine,

de hautes cheminées crachant la suie, salissant cette campagne

ravagée de faubourg industriel. »

Émile Zola (1840-1902) – Germinal

 

Une consommation d’énergie finale
dominée par l’industrie

Depuis l’époque des mines et du textile, un lien fort existe dans notre région entre l’industrie et la production d’énergie. Le premier secteur consommateur est ainsi celui de l’industrie, secteur d’activité majeur en Hauts-de-France : il domine le bilan des consommations avec un poids de 41 % en Hauts-de-France, soit 87 TWh.

 

L’industrie désigne l’ensemble des activités tournées vers la production en série de biens grâce à la transformation des matières premières et à l’exploitation des sources d’énergie.

Elle comprend l’industrie lourde, qui nécessite des outils, des capitaux et des sources d’énergie très importants (sidérurgie, métallurgie, production d’électricité…) et l’industrie manufacturière, qui désigne les activités de production de biens de consommation (dont l’agroalimentaire, le pharmaceutique…), de réparation et d’installation d’équipements industriels.

 

Le tertiaire, qui désigne les activités de service, se définit en complémentarité avec les activités agricoles et industrielles (secteurs primaire et secondaire). Il recouvre un vaste champ d’activités qui comprend entre autre le tourisme, le commerce, l’administration, les services aux particuliers et aux entreprises, la santé, l’éducation…

Les Hauts-de-France, un territoire industriel

L’activité industrielle, avec une consommation énergétique de 87 TWh, est une caractéristique forte de l’économie des Hauts-de-France avec une diversité de secteurs présentant chacun un profil de consommation énergétique spécifique. Au-delà des aléas économiques qui influencent les consommations industrielles, la tendance est à l’amélioration de l’efficacité énergétique.

 

La consommation d’énergie du secteur industriel des Hauts-de-France est nettement marquée par la sidérurgie, pesant à elle seule 39 % de la consommation totale du secteur. Suivent de près les industries agro-alimentaires (21 %) et la chimie (11 %). 75 % de l’énergie du secteur est utilisée par l’industrie de l’ex-Nord-Pas-de-Calais.

 

 

Les lieux de production et les industries s’inscrivent par ailleurs dans des dynamiques d’urbanisme qui augmentent potentiellement leur impact. Or, depuis 2000, la majorité des extensions urbaines de la région sont monofonctionnelles : soit des habitations, soit des zones d’activité artisanale, commerciale et industrielle. Cela engendre davantage de flux qui nuisent à l’environnement naturel et augmentent les pollutions et les GES.

DÉFINITION

MIXITÉ FONCTIONNELLE

Le fait de disposer sur un même territoire (commune, quartier, lotissement ou immeuble) de l’ensemble des fonctions nécessaires à la vie quotidienne : logements, activités, commerces, équipements administratifs, éducatifs, culturels, de loisirs… ou encore lieux de production.

Globalement,

70 % de l’activité économique est météo-sensible, c’est-à-dire sensible à des phénomènes aggravés par le changement climatique.

 

Le changement climatique arrive désormais à la première place des risques auxquels sont confrontées les entreprises source. On assiste ainsi à une prise de conscience qui motive les efforts d’atténuation et renforce les besoins d’adaptation des acteurs privés.

En 2050

Des territoires aux énergies optimisées

En savoir plus

L’association NegaWatt propose de réduire notre consommation d’énergie par :

  •  la sobriété énergétique de nos modes de vie
  •  l’efficacité énergétique dans tous les domaines (habitat, consommation, procédés industriels, transports…)
  •  le recours aux énergies renouvelables

La transition énergétique est fortement engagée ; les consommations d’énergie ont été réduites de moitié depuis 2015, les énergies renouvelables satisfont la quasi-totalité de nos besoins.

 

La Troisième Révolution Industrielle et les nouveaux modèles économiques (économie circulaire, économie de la fonctionnalité) ont stimulé le développement de la région.

 

La Troisième Révolution Industrielle, appelée aussi rev3, est une stratégie élaborée par l’économiste états-unien Jeremy Rifkin et portée par la Région Hauts-de-France et la Chambre de Commerce de l’Industrie de région.

 

Portée par le numérique et les énergies renouvelables, elle doit permettre de faire des Hauts-de-France « l’une des régions les plus efficaces et productives en matière d’énergie décarbonée », avec l’objectif d’une économie décarbonée en 2050.

 

Cinq piliers :

  •  les énergies renouvelables,
  •  les bâtiments producteurs d’énergie
  •  l’hydrogène et le stockage de l’énergie
  •  les réseaux intelligents ou « smart grids »
  •  une mobilité innovante

 

Trois principes transversaux :

  •  l’économie de la fonctionnalité
  •  l’économie circulaire
  •  l’efficacité énergétique

 

Les études prospectives montrent qu’à l’horizon 2030 le taux de croissance de l’économie française, le nombre d’emplois créés ou encore l’évolution du PIB par habitant se révèlent meilleurs dans les scénarios marqués à la fois par une prise de conscience environnementale et par une réorientation de l’appareil productif. Ces efforts conjoints de compétitivité et sobriété sont bien la clé du développement pérenne d’activités de production.

source

Nous pouvons tou.te.s agir !

citoyen.ne.s :

« Je mutualise l’usage de mes outils de bricolage et de jardinage avec mes voisin.e.s »

perso-citoyen

élu.e.s :

« Nous accueillons des entreprises basant leur modèle sur l’économie de la fonctionnalité et de la coopération »

perso-elu

dirigeant.e.s :

« Je valorise les énergies fatales de mon usine en alimentant le réseau de chaleur local »

perso-entreprise