Espace naturel

Forêts, dunes, cours d'eau, prairies, zones humides, bocages, espaces verts... les espaces naturels jouent un rôle primordial de régulateur du climat.

Contexte national

En moyenne les espaces naturels couvrent 38 % du territoire et les espaces boisés représentent 28,6 %.

infographie espace-naturel /

En Hauts-de-France

La part d’espaces naturels est la plus faible de France.
Les espaces boisés représentent 13 % de la surface régionale.

La région compte 4 Parcs Naturels Régionaux, ce qui représente 12 % du territoire.

source

Des espaces naturels diversifiés

La région offre une riche palette de paysages naturels accueillant une faune et une flore diversifiées : milieux littoraux, dunes et coteaux calcaires, prairies humides, forêts, bocages et bords de champs.

 

L’empreinte des hommes y est partout présente, favorisant ou impactant la biodiversité.

 

Les activités humaines ont pu permettre l’émergence de milieux nouveaux : zones gagnées sur la mer, zones humides issues de l’exploitation minière ou d’anciennes carrières, terrils.

 

Les villes, avec leurs parcs, jardins et friches, accueillent aussi une biodiversité spécifique.

 

Mais la région reste très artificialisée : les grandes infrastructures fragmentent l’espace et les milieux naturels sont souvent morcelés, contrariant les possibilités de déplacement des espèces et d’échanges entre les milieux.

source

INFLUENCE DES ESPACES NATURELS
SUR LE CLIMAT

En préservant et en démultipliant les espaces naturels, les effets du changement climatique pourront être atténués.

 

La couverture végétale régionale est à elle seule très importante pour le climat : forêts, bois, haies, pâtures, zones humides, parcs urbains…

 

Elle garantit :

  •  du stockage du carbone
  •  une meilleure qualité de l’air
  •  la ressource de la construction durable et de l’énergie renouvelable (bois construction, bois énergie, bio-carburants…)
  •  l’adaptation des espèces au changement climatique

CHIFFRE CLEF

Un formidable puits de carbone : chaque année la forêt française stocke 69,5 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 12 % des gaz à effet de serre (GES) émis au niveau national.

En savoir plus

Un arbre nouvellement planté capte 14,7 kg de CO/ an

(20 à 30 kg de CO2 / an pour la plupart des arbres communs).

Il faut donc 673 arbres pour compenser les émissions d’un.e habitant.e des Hauts-de-France (9,9 tonnes équivalent CO/ an).

 

Attention ! Il est plus facile et rapide de déstocker le carbone que de le stocker. Une fois stocké, le carbone est emprisonné et se libère si l’arbre est coupé. L’artificialisation des sols et la déforestation ont donc des conséquences à long terme sur le climat.

 

Les milieux humides jouent un rôle important pour atténuer les effets du changement climatique :

 

  •  atténuation des crues
  •  réserves d’eau en période sèche
  •  stockage du carbone

 

En savoir plus

Aujourd’hui, la région voit sa forêt s’étendre.

 

Entre 1998 et 2013, la surface forestière régionale a augmenté de 9 %. Elle est gérée durablement à 90 %, c’est-à-dire que son exploitation ne remet pas en question sa santé ni sa survie.

 

Le taux de boisement de la région Hauts-de-France est de 14,5 %, alors que la moyenne nationale est de 27 %.

En 2050

Les espaces naturels régionaux
sont connectés et diversifiés

La nature est devenue une véritable alliée pour les territoires de notre région qui ont développé, autant que possible, des solutions fondées sur la nature.

 

Des chapelets d’espaces naturels protégés rétablissent des continuités écologiques et les animaux peuvent se déplacer. Une biodiversité retrouvée facilitera l’adaptation des milieux aux aléas climatiques.

 

Les forêts, haies, zones humides, corridors écologiques, zones tampon, prairies inondables, fossés, ripisylve sont développés et sauvegardés pour apporter une réponse aux objectifs d’adaptation et d’atténuation.

 

Les surfaces boisées ont plus que doublé depuis 2015. Institutions, associations, citoyen.ne.s… ont multiplié les actions de reboisement qui ont permis d’étendre la surface boisée en assurant la diversité des essences pour garantir la résilience de la forêt.

 

La filière bois s’est nettement développée. La gestion durable de la forêt et l’utilisation locale de son bois (en particulier pour la construction) permettent de préserver les fonctions économiques, écologiques et sociales de la filière forêt-bois, tout en luttant contre le changement climatique et en préparant les forêts de demain. Concernant le bois énergie, le bois local d’élagage et d’entretien des haies est utilisé comme combustible dans des chaufferies réparties sur le territoire, tandis que le bois dans la construction a retrouvé toute sa place et est 10 fois moins énergivore que le ciment ou l’acier.

 

Grâce à ces actions, les écosystèmes naturels sont protégés, gérés de manière durable et restaurés. Cela a permis de relever le défi climatique tout en assurant le bien-être humain et en produisant de nombreux bénéfices pour la biodiversité régionale.

Nous pouvons tou.te.s agir !

citoyen.ne.s :

« Dans mon jardin, je ne plante que des espèces locales et je supprime les herbicides et insecticides »

perso-citoyen

élu.e.s :

« Nous préservons les espaces naturels sur notre territoire »

perso-elu

dirigeant.e.s :

« Avec toute l’équipe, nous organisons des plantations d’arbres chaque année pour participer à la reforestation du territoire »

perso-entreprise